L’armagnac : une eau-de-vie de vin et une histoire

L’armagnac, l’eau-de-vie produite dans le département du Gers est historiquement la plus vieille eau-de-vie de France. Ce produit connu au Moyen Âge pour ses vertus thérapeutiques prend son essor à cette période pour devenir un véritable produit de consommation. L’appellation contrôlée de l’armagnac et de ces 3 régions fut  abrogée par le décret du 6 août 1936.

Histoire de l’armagnac à l’époque médiévale

Quelle est l’histoire de l’armagnac ? Durant la conquête musulmane de la péninsule Ibérique, les envahisseurs ont pu véhiculer de nombreux éléments de leur culture. Parmi les objets concernés par cette conquête figure l’alambic. Durant cette période, la distillation fut utilisée pour la fabrication de remèdes médicaux, la fabrication de parfums et d’huiles essentielles.

L’eau de vie est évoquée dans de nombreux écrits. Ainsi, un traité de médecine datant de 1310 cite les 40 vertus de l’eau-de-vie. D’autres ouvrages présentent l’eau-de-vie comme un médicament. La vente de l’eau-de-vie fut attestée en 1461 au marché de Saint-Sever. À l’époque, l’eau ardente n’était pas réellement une boisson, mais surtout un remède d’apothicaire.

Histoire de l’armagnac durant l’époque moderne

C’est la consommation de vin blanc en Europe du Nord qui encourage la production de l’armagnac. C’est à partir du début du XVIIe siècle que la viticulture gasconne s’est développée. Ce marché fut boosté par les achats des marchands hollandais, de leur demande à l’implantation de grandes surfaces de raisin blanc le long de la façade atlantique.

La solution permettant de rentabiliser le transport des vins des Landes et du Pays basque en provenance de l’Adour a nécessité la distillation du produit. Ce processus permet de réduire le volume de l’eau-de-vie. Ce dernier passe du statut des produits médicaux rares aux produits de consommation courante. Durant cette époque, l’eau-de-vie fut consommée pure ou mélangée d’eau. Ce produit sert également à augmenter le degré d’alcool du vin grâce au processus de distillage. Le processus permet une meilleure conservation de l’eau-de-vie lors du transport vers l’Europe du Nord.

Historique des terroirs de l’armagnac

Le Décret Fallières du 25 mai 1909 permet de définir 3 régions. Le Bas-Armagnac s’étend sur une partie des départements des Landes et du Gers. Ce terroir représente 57 % des surfaces plantées en vigne. La particularité de cette zone est qu’elle produit des eaux-de-vie fruitées, délicates et légères. L’Armagnac- Ténarèze couvre le nord-ouest du Gers ainsi que le sud du Lot-et-Garonne. Cette plantation représente près de 40 % des surfaces plantées en vigne. Le Haut-Armagnac surnommé Armagnac Blanc est produit à l’est du département du Gers et une partie du Lot-et-Garonne.